NOTREDAMEDUTRAVAIL
Paroisse Catholique du Diocèse de Paris

Denier de l'Église

alt

Chers amis,

Nous lançons un appel auprès de tous les baptisés pour participer à la campagne du Denier de l'Eglise.

Donner au Denier est un devoir pour chaque catholique, c'est la manière la plus simple de se montrer responsable de la vie matérielle de sa paroisse, de son Eglise et de ceux qui la serve. Le Denier c'est à Paris 60 % du montant des quatre grandes recettes que sont les offrandes de messes, le casuel (sacrements), et les cierges.

Témoignez de ce que vous vivez ! Participez au denier !

Merci par avance.

Père François Potez, curé

 

PS : Il est possible de donner en ligne :
 

 

 

Les personnes qui ont déjà contribué au Denier recevront directement l'appel par le courrier. Vous savez combien nous nous appuyons sur votre générosité pour notre budget très lourd. Merci d’avance pour votre fidélité.

Si ce courrier ne venait pas jusqu'à vous, vous pourrez trouver dans l'église des enveloppes avec tous les documents d’information.

 

De préférence, faites le choix du prélèvement automatique beaucoup plus simple, pour vous comme pour nous : il facilite la gestion de vos dépenses et assure en même temps une plus grande régularité dans la comptabilité paroissiale.

 

«Dieu aime celui qui donne avec joie» (2 Co 9,7)

Ces mots de l’Écriture nous reviennent en mémoire au moment de lancer la traditionnelle campagne pour le Denier de l’Église. Et nous voudrions souligner que, pour deux raisons, cet appel prend en 2009 une intensité particulière :

  • D’abord, le contexte économique difficile que chacun connaît et qui affecte aussi les finances paroissiales.
  • Ensuite, les chantiers que nous avons lancé dans la paroisse – chantiers nécessaires de réhabilitation, de rénovation et de mise en conformité avec les normes actuelles de sécurité – pèsent lourdement sur le budget paroissial.

La campagne annuelle pour le Denier de l'Église n’est pas un appel à l’aumône ou à la charité publique. Elle est un appel à la prise de conscience de la responsabilité des chrétiens dans ce domaine économique.

[Notez que pour les personnes qui sont concernées par l’impôt sur le revenu, la déduction fiscale des deux-tiers (66%) fait qu’un don de 1 000 €, par exemple, ne coûtera que 340 €].

Tous les dons sont les bienvenus. Si modestes soient-ils, ils sont le signe précieux de votre attachement à la paroisse. Merci à vous tous, généreux donateurs !

Merci aussi aux membres du Conseil Paroissial pour les Affaires Économiques (CPAE) qui veillent avec diligence et compétence sur nos finances. C'est le CPAE, par exemple, qui est chargé d’étudier et d’approuver le programme de travaux (lesquels sont réalisés sous le contrôle des services compétents du diocèse).

Où va ma contribution au Denier de l'Église ?

Mon soutien financier parvient directement à ma paroisse sans détour, sans intermédiaire. Les frais de collecte sont ainsi limités surtout avec le soutien régulier par prélèvement automatique.

Ma participation est affectée sans délai selon les besoins prioritaires de ma paroisse, définis par le curé avec le Conseil Paroissial des Affaires Économiques (des bénévoles), en lien avec les orientations donnés par le diocèse.

Les missions de ma paroisse sont ainsi soutenues et peuvent se dérouler dans les meilleures conditions : catéchèse, évangélisation, rémunérations des prêtres et du personnel laïc, entretien des locaux, participation aux charges diocésaines.

À travers la contribution de solidarité, ma paroisse soutient des communautés paroissiales défavorisées de Paris et d’Ile de France.

 

Quêtes

Deux quêtes sont effectuées à chaque messe dominicale.
Le produit de la première quête est entièrement affecté à la trésorerie générale de la paroisse.
Il arrive très souvent par ailleurs qu'il y ait des quêtes « impérées », c'est-à-dire commandées par le diocèse (parfois aussi par l'Église de France, ou même l'Église universelle). Les destinations reviennent chaque année : les hôpitaux, la communication, les séminaires, les prêtres âgés, les missions, etc.
Pour ne pas trop alourdir le budget paroissial déjà très serré, une deuxième quête est effectuée chaque dimanche, immédiatement après la première. Les dimanches qui sont « libres », cette deuxième quête est affectée à des postes qui reviennent par roulement : le chauffage de l'église, les pauvres, les fleurs, les œuvres de jeunesse, l’entretien de l'église, etc.